L'oeuf et ses méthodes de production font étalage de nombreuses "idées reçues".
Nous dressons ici un panorama d'une partie d'entre elles.

vrai ou faux

Quelques idées reçues sur l'élevage :

La lumière artificielle est indispensable pour la ponte

VRAI : Pour être productive, la poule doit être exposée à une source lumineuse pendant les 3/4 de la journée, et cela, quel que soit le mode de production. Pour les élevages de type plein-air, la lumière artificielle vient donc en complément de la lumière naturelle pendant les périodes d'automne et d'hiver.

Le nombre moyen de pondeuses d'un élevage est de 50 000 poules

VRAI : 50 000 poules est la moyenne pour les bâtiments ayant opté pour le mode d'élevage des "poules en cage". (15 000 poule pour les volières, 10 000 poules pour le plein-air et 7 000 poules pour le bio)

La poule élevée en cage est "malheureuse"

Nous ne le savons pas, car... il n'est pas possible de penser à sa place. Par contre, nous pouvons constater que :

  • La poule en cage vit plus longtemps que la poule en plein air
  • La poule en cage n'a pas besoin d'antibiotique
  • La poule en cage est éloignée de ses fientes et est donc protégée des maladies
  • La poule en cage à une meilleure productivité que celle de plein air

En sachant que la productivité de la poule est directement liée à son bien-être, on peut raisonnablement penser que ses conditions de vie, ne sont pas aussi "pitoyables" que certains voudraient nous faire croire.

(Lien vers l'étude de l'ITAVI)

L'élevage de pondeuses en cage génère des nuisances

FAUX : Nos élevages en cages aux normes 2012 sont pourvus d'un système de séchage de fientes, de ce fait, les déjections de la poule ne génèrent aucune nuisance olfactive. De même, on ne constate aucune concentration d'insectes de type mouche (seuls les élevages ne possédant pas de système de séchage, peuvent être confrontés à ce type de nuisance, du fait que la larve se développe uniquement dans une fiente humide).

Les gros élevages polluent

FAUX: Quoi qu'on en dise, la concentration des outils de production permet de diminuer considérablement les nuisances. Beaucoup moins de transport, d'où beaucoup moins de rejets carbonés. Si l'on veut préserver l'environnement, seul ce type d'élevage apporte la réponse à la production de masse.

Les poules en cage sont nourris aux antibiotiques

FAUX : Il est très rare que la pondeuse élevée en cage soit soumise à quelques traitements que ce soit. Son environnement maitrisé en terme de température et exempt de tout germe contaminateur évite en effet de recourir à ce type de thérapie.

Certains producteurs ne se préoccupent pas du bien être de la poule

FAUX : Afin de s’assurer une production optimale, l'éleveur doit donner à ses poules le meilleur confort de vie qui soit. Si la poule est mal logée ou mal nourrie, si son état nutritionnel est déficient ou si elle est en mauvaise santé, sa production d’œufs diminuera. Il n’est donc pas rentable pour l'éleveur de lésiner sur le bien-être de ses pondeuses.

Quelques idées reçues sur l'oeuf :

Les oeufs ont un goût différent selon leur mode de production

FAUX : Tous les tests en aveugle réalisés ont prouvé qu'il était impossible de reconnaitre par le goût, la provenance des oeufs, qu'ils soient issus d'une filière bio, plein-air ou industrielle.

L'œuf se conserve à température ambiante

VRAI...  à condition : l'oeuf ne doit pas être félé ni subir de grandes variations de température (l'optimum étant entre 12 et 18°). l’œuf en coquille se conserve jusque 28 jours à température ambiante (moins de 18°). Au réfrigérateur, sa durée de conservation est beaucoup plus longue, soit environ 5 semaines. L’œuf liquide (sans la coquille) est beaucoup plus fragile. Il ne se conserve pas à la température de la pièce et ne se conserve que 5 jours au réfrigérateur. L’œuf cuit doit être maintenu à moins de 4°C.

Les oeufs durs sont un coupe-faim

VRAI : Les oeufs contiennent des protéines qui calent. Un oeuf dur reste deux heures dans l'estomac alors que son cousin au plat ne reste que 20 minutes. La sensation de satiété est assez longue.

L'oeuf fait maigrir

VRAI : Les protéines que contiennent les oeufs permettraient, selon une étude récente, de limiter la perte musculaire et de faciliter la fonte graisseuse. L'effet est majoré par la consommation du matin ! Il faudrait ainsi manger un oeuf à chaque petit déjeuner pour profiter des bienfaits des constituants !

L'oeuf est très bon pour la vision

VRAI : De nouvelles études soulignent les bienfaits de l'oeuf pour les yeux ! On le savait, il est une source privilégiée de vitamine A, qui est nécessaire à la fabrication des piments au fond de la rétine. Un oeuf apporte 30 % des apports recommandés ! Mais ce n'est pas tout : cet aliment est une source de caroténoïdes particuliers, la lutéine et la zéaxanthine, responsables de la couleur du jaune d'oeuf, qui sont connus pour leur rôle dans la lutte contre la dégénérescence maculaire liée à l'âge.

L'oeuf est source de vitamines et de minéraux

VRAI: Ils sont ainsi riches en vitamines D, E et K. Mais ils contiennent également des minéraux intéressants, tels que le fer ou le phosphore. Ils sont également une source d'iode, un minéral indispensable au bon fonctionnement de la thyroïde. Et ils apportent du sélénium, antioxydant par excellence. Bien sûr, les oeufs sont également une source de protéines, qui les rendent incontournables pour les végétariens.

L'oeuf augmente le taux de cholesterol

FAUX : de nombreuses études observent une faible relation entre le cholestérol alimentaire et l’incidence des maladies cardiovasculaires. Une étude prospective chez 117 000 hommes et femmes en bonne santé n’a démontré aucun lien significatif entre la consommation d'oeufs et les maladies cardiovasculaires. Selon cette étude, le risque n’était pas plus élevé chez ceux qui consommaient moins d’un oeuf par semaine que chez ceux qui en consommaient plus d’un par jour.